Islande: la suite de notre voyage

Après avoir campé non loin de Seljalandfoss, majestueuse chute d’eau de 65 mètres de hauteur, notre séjour en Islande s’est poursuivit sur la route de Skogafoss qui est aussi une chute d’eau. Le bus, encore une fois, nous a déposé juste a ses pieds, et comme c’était l’heure de déjeuner, nous avions décidé de pique-niquer sur l’herbe, sous le soleil tout en profitant de la vue.

dsc_0169

Après ce repas pas très copieux, nous avons remonté la petite rivière qui découle de la chute et qui va se jeter dans l’océan. Encore plus impressionnante que Seljalandfoss, notamment dû à sa largeur (25 mètres de large et 62 de hauteur!), Skogafoss nous a laissé bouche bée. On a vraiment apprécié ce moment! Nous avons ensuite emprunté l’escalier, disons le un peu casse-gueule, qui permettait l’ascension de la montagne d’où l’eau chute. De là-haut, la vue sur les sommets des alentours ainsi que sur l’océan est à couper le souffle. Nous sommes restés perchés ici une ou deux heures, après quoi nous avons marché jusqu’au musée de la « ville » que nous n’avons malheureusement pu visiter.

dsc_0199dsc_0178

En outre, il nous paraissait impossible de visiter l’île sans passer par la fameuse épave d’avion de l’US Army sur la plage de Solheimasandur.

Seulement, pour s’y rendre depuis Skogar il faut marcher environ 3 heures en ligne droite sur la Route numéro 1 en direction de Vik. On a donc vite décidé de s’y rendre en stop, et au musée un charmant couple de canadiens nous a prit à bord de son van jusqu’au « parking » du désert où se trouvait la carcasse. Ils étaient vachement sympa et on rapidement pu échanger sur notre passage en Islande. Encore cinquante minutes de marche dans le sable et ça y est, de loin, on aperçoit enfin cet engin qui autrefois appartenait à l’Armée américaine. On se doutait qu’on allait croiser quelques personnes, mais nous ne pensions pas en voir autant.

dsc_0246dsc_0348

 En arrivant sur le site, il y avait déjà deux ou trois petits groupes/couples. Ils ne sont pas restés très longtemps, juste le temps de prendre quelques photos et de se poser un petit peu… Alors que nous avions planifié d’y passer la soirée et même la nuit, nous avons effectivement été surpris par le nombre de touristes (photographes pour certains) qui ont fait le déplacement aller-retour jusqu’aux environs d’une heure du matin. En même temps on comprend: quel spectacle sous le soleil de minuit!

dsc_0356

Pour la petite histoire, c’est en pleine guerre froide (en novembre 1973), que ce Douglas DC3 d’environ 20 mètres de long appartenant à la Marine américaine fut contraint de se crasher ici, au milieu de nul part, à cause d’un manque de carburant. Heureusement, aucun membre de l’équipage n’avait été blessé!

dsc_0357

Un peu plus tard, nous marchions le long de l’océan sur la plage située à quelques mètres (certainement d’un peu trop près puisque nous nous sommes fait mouiller les pieds par les vagues). Ici il n’y avait personne, et quel atmosphère entre le sable noir, le rose-violet dans le ciel et le bleu de l’océan!

En revenant vers l’avion, il y avait deux jeunes suisses avec qui nous avons un peu discuté, ils nous ont apprit que ce soir-là la France venait de battre l’Islande au match de football de l’Euro 2016. A leur départ, nous avons profiter d’être seul pour prendre des photos et faire un peu les cons..! Nous nous sommes ensuite éloignés pour planter la tente (on avait pas envie de se faire réveiller par des promeneurs) et nous sommes par hasard tombé sur un très joli court d’eau!

dsc_0409dsc_0414

C’était génial d’être là, entre montagnes et océan, dans ce désert sous la lueur du soleil de minuit… Quel sensation! Si vous voyagez en Islande, ne passez surtout pas à côté, on fera bientôt un article dévoilant comme s’y rendre.

Le lendemain matin, on s’est rapidement fait prendre en stop pour la prochaine étape de notre pérégrination: Vik!

Andy